Parce que leur bien-être est notre Vocation.

Suivi hormonal

FROTTIS VAGINAUX

Intérêts:

– Identifier le stade du cycle sexuel  
– Identifier la sortie des chaleurs : la chienne n’est plus prête
– Identifier la présence d’une inflammation du vagin (vaginite) 
– Identifier certaines anomalies hormonales pendant le cycle sexuel

Limite: 

Permet d’identifier la phase « étendue » d’une dizaine de jours dans laquelle la chienne ovule et doit être saillie mais pas la période réelle de fertilité d’environ trois jours.

Technique:

– On utilise un écouvillon stérile introduit dans la partie la plus antérieure du vagin : on récolte sur l’écouvillon les cellules du vagin puis on étale les cellules sur une lame (de microscope).
– On colore la lame (après étalement) avec différents types de coloration selon les besoins.
– La lecture se réalise à plusieurs grossissements. Une lecture précise du frottis en dehors de la période de l’œstrus nécessite de l’expérience.

 

DOSAGES HORMONAUX

Œstrogènes:

Aucun intérêt dans le suivi de chaleurs.

La LH: Hormone lutéïnisante:

la LH est l’hormone qui déclenche l’ovulation dans les jours qui suivent (environ 48 heures).
La détermination du pic de LH permet de prédire le moment de l’ovulation, mais il existe une variation fréquente entre le pic « estimé » de LH et l’ovulation : plateau de 2 à 4 jours.
Il existe des kits semi-quantitatifs permettant d’évaluer la période du pic de LH, mais cette méthode seule est insuffisante. La technique est au final coûteuse et limitée.

Progestérone sanguine:

La chienne présente deux particularités :
– la progestérone augmente avant l’ovulation contrairement aux autres mammifères
– la valeur de la progestérone est assez fixe, pour un laboratoire donné, au moment de l’ovulation quelque soit la chienne et la race.

Attention : la valeur après l’ovulation varie considérablement d’une chienne à l’autre. Entre 48 et 72 heures après l’ovulation, la progestérone selon la chienne varie de 10 à plus de 50 ng/ml, en moyenne 15 à 30 ng/ml.
Ainsi, contrairement à des idées reçues, la valeur en progestérone au moment de la saillie n’a pas beaucoup d’intérêt pour savoir si la chienne est prête ou non : on peut uniquement dire que la chienne a bien ovulée (valeur élevée) mais sans préciser si il y a 48 heures ou plus de 7 jours (chienne non fécondable).

Intérêts:

Le suivi de la progestérone sanguine de la chienne pendant ses chaleurs permet de déterminer à 24 heures près quand la chienne ovule et donc quand elle est fécondable : 48 à 72 heures après.

Limite:

Ne permet pas de diagnostiquer l’origine d’un cycle anormal : chaleurs prolongées, répétées anormalement …
La technique de dosage est la principale limite :
– Les dosages colorimétriques (semi-quantitatifs) sont approximatifs si utilisés seuls. Insuffisant pour l’utilisation d’une semence réfrigérée ou congelée.
– Le laboratoire doit être étalonné pour le suivi de la chienne. Le résultat d’une analyse de laboratoire varie d’un laboratoire à l’autre : il n’existe pas de résultat universel. Il est nécessaire pour être précis de comparer les résultats du laboratoire avec un laboratoire de référence vétérinaire (CRECS, CERCA, CERREC, …) pour déterminer la correspondance entre les deux laboratoires. Aucun laboratoire humain n’est étalonné pour la chienne par défaut (ils sont uniquement calibrés).

Technique:

Des prises de sang sont régulièrement réalisés jusqu’à un résultat prouvant l’ovulation. En général, deux à quatre dosages sont suffisants pour déterminer le jour d’ovulation et donc de saillie.

 

ECHOGRAPHIE OVARIENNE

Les ovaires sont deux organes situés en arrière des reins sous les muscles lombaires.
Avant l’ovulation, les ovules murissent dans des follicules. Les follicules grossissent petit à petit en début de chaleur et sont visibles comme des petites cavités à l’échographie.
Au moment de l’ovulation, la plupart des cavités disparaissent : affaissement des follicules avec expulsion des ovules.
Deux à trois jours près l’ovulation, de nouvelles cavités deviennent visibles : les corps jaunes, organites responsables de la sécrétion de progestérone indispensable au maintien de la gestation.

Intérêt:

Détermination la plus précise du moment de l’ovulation, à moins de 12 heures près (si besoin). Estimation du nombre de follicules et donc de chiots potentiels : permet de savoir si la chienne à le potentiel ou non d’avoir une grosse portée
Diagnostic précoce d’une anomalie responsable d’une infertilité : kyste ovarien, etc.

Technique:

Il n’est pas nécessaire de tondre la chienne.

Source: Société Centrale Canine